Bibliographie


samedi 24 septembre 2016

En décembre 2007, quelques anciens d'Air Alpes décident de raconter l'histoire de cette compagnie aérienne pour Wikipedia, aujourd’hui, fin 2016 cette même équipe reprend l'original de cet historique pour le compléter et l'illustrer grâce à ce blog (cliquer sur les photos pour les agrandir).

Cette même équipe à également participé à la réalisation de l'historique d'Air Alpes édité par le SNPL (Syndicat National des Pilotes de lignes) dans le cadre de sa revue Icare qui paraîtra le 15 mars 2017.
Remerciements à l'équipe d'Icare pour avoir permis la réalisation de ce numéro : en particulier à Jean-Pierre Dussurget, Pilote 777 AF et Rédacteur en chef, Jean-Christophe Lajoux, Pilote 777 AF et Président de l'Aéro Club de Méribel, instigateur de cette historique, Audrey Escoubet, Pilote 777 AF, Margot Ziegler (Journaliste freelance) et toute l'équipe de la rédaction d'Icare.

Ce numéro 240 est disponible sur le site Icare :  http://revueicare.com/



Historique du vol en montagne 

C'est le 23 septembre 1910 en début d'après midi que Géo Chavez commença la conquête de la montagne avec l'aide de l'avion. Il décolla d'un terrain près de Brigue en Suisse à bord d'un monoplan Blériot pour tenter la première traversée des Alpes. Vingt minutes plus tard il survolait Domodossola, mais un accident devait terminer tragiquement ce vol. Géo Chavez décédait des suites de ses blessures le 27 septembre 1910.



Si quelques "vols montagne" furent effectués les années suivantes, il fallut attendre le 30 juillet 1921 pour connaître le premier atterrissage en altitude, réalisé par le pilote suisse François Durafour, qui posa son Caudron G-III au Dôme du Goûter à 4 330 mètres d'altitude.



Durant ces années 1910/1920, un pilote dont le nom restera célèbre allait lui aussi pratiquer le vol en montagne et ses terribles "remous" (appellation de l'époque). Joseph Thoret, puisqu'il s'agit de lui, étudia les principes de ce vol particulier et passa une grande partie de sa carrière à enseigner aux autres les caractéristiques du vol en montagne en particulier depuis le champ d'aviation de Passy en Haute Savoie.

Le deuxième conflit mondial mettra un terme à cette activité, il semble toutefois que peu de temps avant la déclaration de la guerre des pilotes renouvelleront l'exploit de Durafour :
  • Le pilote allemand Ernst Udet sur des glaciers en Suisse
  • Firmin Guiron dans le massif du Mont Blanc
Ce n'est qu'au début des années 1950 que l'aviation de montagne allait reprendre son essor. Contrairement à la période précédente où les rares vols ne s'effectuaient que dans un cadre local, l'année 1953 par l'intermédiaire du planeur et sous l’impulsion d'hommes tels que Jules Landi, Chef du Centre de Vol à Voile de Fayence, verrait les premiers circuits en montagne et atterrissages sur d'autres aérodromes de vallée.

Après-guerre Firmin Guiron continuera cet enseignement durant de nombreuses années toujours depuis Passy avec son Auster et réalisera plusieurs sauvetages dans le Massif du Mont Blanc.

Planeur encore, avec l'exploit d'Henri Giraud le 8 mars 1953, qui posa un C-25S de l'Aéro Club du Dauphiné à la Croix de Chamrousse au-dessus de Grenoble (2 225 mètres d'altitude) recouverte de neige.

Il faut également mentionner une manifestation ayant eu pour cadre l'Alpes du mont de Lans le 12 août 1945, à laquelle participèrent des planeurs de Challes les Eaux ainsi que des appareils militaires et c'est peut-être là qu'apparut le premier aérodrome de montagne. En effet, M. Tessa, entrepreneur de travaux publics dans cette région, eut très tôt l'idée d'aménager un terrain de montagne sur ce site (c'était en 1933). Même si à l'époque ses propositions ne rencontrèrent guère de succès, la guerre et le premier maquis de l'Oisans allaient concrétiser ses souhaits. Sitôt les Alliés débarqués en Normandie, M. Tessa et son équipe commencèrent les travaux de terrassement pour arriver à une piste de 1 100 mètres de longueur sur 55 de largeur, piste qui pourrait permettre un soutien aérien des Alliés à la Résistance de ce secteur. Il semble toutefois qu'aucun appareil n'ait utilisé cet "aérodrome de montagne". Il faut remarquer que tous ces travaux d'aménagement furent réalisés "au nez et à la barbe" des troupes allemandes du secteur. *

* les lignes ci-dessus proviennent de l'article "Aviation de montagne et altiports dans les Alpes" par Alain Genève paru dans la revue "Le Trait d'Union" en 1982.

En Suisse entre 1931 et 1943 différents incidents ou accidents incitèrent les autorités à se pencher sur l'utilisation de l'avion pour la sécurité et le sauvetage.

En 1943, le Capitaine Hug en compagnie du major Hitz des Troupes d'aviation Suisses effectuèrent différents essais de décollages et d’atterrissages sur neige avec un Fieseler Storch, les résultats furent concluants.

Le 19 novembre 1946 un Dakota de l'USAF transportant 12 personnes décolle de Vienne pour rejoindre Marseille qu'il n'atteindra jamais, L'avion s’écrasera par mauvaises conditions météorologiques sur le Gauligletscher à 3500 mètres d'altitude au-dessus de Meiringen en Suisse. Fort heureusement les quelques passagers ne furent que légèrement blessés et durent attendre 3 jours qu'on les retrouve. Une colonne de secours terrestre fut organisée pour rejoindre l'épave mais également plusieurs avions furent engagés pour larguer vivres et médicaments. Le Capitaine Hug (qui avait déjà plus de 200 atterrissages en montagne) aux commandes de son Fieseler Storch réussit à se poser à quelques centaines de mètres du Dakota, suivi par le major Hitz à bord d'un autre Fieseler Storch.

© Photo Swiss Air Force

 © Photo Swiss Air Force

En 1950, toujours en Suisse, Freddy Wissel ainsi que d'autres pilotes (François Dulex, André Bridel etc..) commencent les atterrissages sur glacier.

Le 5 octobre 1951 André Zehr tente un atterrissage au Grand Plateau dans le massif du Mont Blanc qui se solde par un capotage, les dégâts mineurs seront réparés sur place et le Piper HB-OIS décolla le 15 octobre pour rejoindre Sion.
 
Et puis tout alla très vite, En Suisse Hermann Geiger et son fidèle compagnon Fernand Martignoni possédaient déjà une solide expérience d'atterrissage et de décollage soit sur roues soit sur skis (ravitaillement de refuges, nourriture des troupeaux, sauvetage etc...)



Les surfaces planes étant rares en montagne, tous ces pilotes mirent au point et développèrent les techniques d'atterrissages, la pente compenserait le manque de longueur disponible.

  • Henri Giraud alors chef pilote de l'Aéro Club du Dauphiné prospecta un grand nombre de sites sur lesquels il était possible de poser et décoller un avion.

  • Jacques Angot réalisa un travail identique dans le secteur du Mont Blanc.
  • Robert Chauchon (ancien des expéditions polaires françaises) qui créa la société Air Neige et Roger Chambettaz prospecteront les Alpes du Sud.
  • Un exploit retentissant allait être réalisé le 23 juin 1960 à 06h30 lorsque qu'Henri Giraud avec pour passager Monsieur Raymond Jacquet, Préfet de Haute Savoie posa son Piper F-BAYP au sommet du Mont Blanc à 4 807 mètres d'altitude.


Création d'Air Alpes : 1961
C'est en 1961 que Michel Ziegler, passionné d'aviation et de montagne, créa la Société Air Alpes en s'inspirant de l'expérience du suisse Hermann Geiger. Les statuts sont déposés le 13 avril 1961 et la société Air Alpes est autorisée au transport de 6 passagers maximum et au transport de fret en France et dans les pays limitrophes.
Il fut encouragé par Monsieur Pierre de La Gontrie, maire de Saint-Bon / Courchevel (de 1959 à 1968), de Monsieur Gilles de La Rocque, Directeur de la station de sports d'hiver de Courchevel et soutenu par Messieurs Henri Ziegler et Sylvain Floirat, les deux premiers actionnaires, rejoints quelques mois plus tard par Joseph Szydlowski, lui aussi grand industriel aéronautique. Dès l'origine, Michel Ziegler appela à ses côtés Robert Merloz, ami d'école et savoyard, qui le seconda pendant les premières années puis poursuivit une brillante carrière de pilote à Air France, cette équipe sera rapidement rejointe par Gérard Bernardet le premier mécanicien de la Compagnie. Le siège social est établi à Chambéry, il sera déplacé lors de la construction du chalet aérogare sur l'altiport de Courchevel et deviendra ainsi le plus haut siège social d'Europe (2 016 m).

 Henri Ziegler
© Archives Air Alpes 


à gauche le premier logo - © photo Alain Genève
de gauche à droite Michel Ziegler et Robert Merloz 
© Archives Air Alpes 


Air Alpes n'est pas la première compagnie aérienne de montagne, mais celle qui va en faire sa spécialité. Au milieu des années 50 plusieurs pilotes suisses dont Hermann Geiger allaient améliorer les techniques de vol. Geiger effectuera à bord de son Piper au départ de Sion de nombreuses missions de sauvetage et de ravitaillement dans les Alpes Valaisannes. C'est avec lui que Michel Ziegler et Robert Merloz apprendront les subtilités du vol et des atterrissages en montagne.

L'activité d'Air Alpes débute avec un Piper PA-18 Super Cub immatriculé F-BKBP (s/n 18-5094), cette activité est essentiellement le travail aérien, le ravitaillement des refuges de haute montage et l'école de pilotage.
Piper PA-18 sur l'altiport de Méribel Photo X - Archives Alain Genève
© Archives Press Book Air Alpes
Le premier Pilatus 

Une étude comparative entre le Dornier Do 27 et le Pilatus PC-6 "Porter" se traduira par la location d'un Pilatus PC-6, appareil équipé d'un moteur à pistons Lycoming de 340 CV immatriculé HB-FAZ.

  Pilatus PC-6 s/n 343 au Salon du Bourget - © Photo X - Collection Alain Genève

Il sera malheureusement détruit lors d'un entraînement au col du Dôme dans le massif du Mont Blanc.

A 05h50 le matin du 2 septembre 1961, l'avion avec à son bord un équipage composé de Michel Ziegler et Robert Merloz décolle de l'aérodrome de Chambéry/Aix les Bains, pour reconnaître différents glaciers dans le massif du Mont Blanc.

Plusieurs atterrissages et décollages au Col Infranchissable, au glacier du Tour, puis au Dôme du Goûter, seront ainsi réalisés. Après une petite attente causée par une légère nébulosité, vers 09h15 le pilote met la puissance et aligne l'avion dans le sens de la pente, très rapidement il constate que l'appareil n'arrive pas à prendre de vitesse suffisante pour décoller avant 2 crevasses, suite à une baisse du régime moteur.

L'avion heurte les deux crevasses, arrachant le train d'atterrissage, et terminant sur le ventre se met à glisser dans une forte pente, sa course sera toutefois arrêtée par l'hélice qui s'était arrachée en partie et pend sous le capot moteur. 

L'équipage commotionné et légèrement blessé réalisa les manœuvres d'urgence et évacua l'appareil, il constata malheureusement que le PC-6 avait subi des dommages irréparables (train arraché, fuselage vrillé, plan fixe arraché, moteur et hélice détruits). L'équipage secouru rapidement, pu rejoindre la vallée de Chamonix dans les heures suivantes.


© Photo Archives Air Alpes



 Archives Presse Suisse
 
Compte tenu de l’altitude à laquelle s'était produit l'accident, une récupération de l'épave n'était pas envisageable, (avion détruit à 80 % selon des informations de l'équipage, train d'atterrissage arraché, fuselage tordu, plan fixe, ailes, moteur et hélice très endommagés). La neige des mois suivants recouvrira rapidement l'épave en enfouissant un peu plus le Pilatus Porter (qui n'avait que 192 heures depuis sa sortie d'usine) dans le glacier des Bossons.


L'histoire de cette aventure aurait pu se terminer là, mais en juin 2001 le gérant du restaurant d'altitude situé au bord du glacier des Bossons, découvre à la base de celui-ci les restes d'un avion, après enquête ce sont des éléments du PC-6 Porter HB-FAZ. Ils auront mis 40 ans pour parcourir environ 2 kilomètres à l'intérieur du glacier, les restes du fuselage complètement broyé, le moteur, l'hélice et la roulette de queue seront ainsi découverts.



 © Photo Stéphane Ruby via Association Anciens d'Air Alpes

 © Photo Stéphane Ruby via Association Anciens d'Air Alpes
 © Photos Stéphane Ruby via Association Anciens d'Air Alpes

Ce glacier qui n'avance que de quelques centimètres par jour avait déjà par le passé, transporté jusqu'à son front certains éléments des deux appareils d'Air India qui avaient percuté le Mont Blanc :


Schéma et avancée glacière - document Wikipedia

Vol Air India 245 le 3 novembre 1950 Lockheed Constellation "Malabar Princess" 40 passagers et 8 membres d'équipage perdirent la vie.

Vol Air India 101 le 24 janvier 1966 Boeing 707 "Kanchenjunga" entraînant la mort de 117 personnes (11 membre d'équipage et 106 passagers.



Le premier altiport 
Création de l'altiport (piste d'atterrissage à pente très courte située en haute montagne, enneigée en hiver, les avions y atterrissent sur skis) de Courchevel grâce à l'appui de la municipalité et de son directeur de station, Gilles de La Rocque. La piste est longue de 300 m x 30 de large, la pente moyenne de 15° est officieusement inaugurée le 11 janvier 1962. Construction d'un chalet servant à la fois de bureaux et mini aérogare, et d'un hangar et c'est Martine l'épouse de Michel Ziegler qui deviendra dans les premiers mois d'activité, hôtesse, cuisinière de la petite équipe.

 Le premier chalet "aérogare" © Photo Michel Ziegler

 Michel et Martine Ziegler - Martine de corvée de pain
© Photo Archives Air Alpes

Une ancienne chenillette des expéditions Paul-Émile Victor est achetée pour assurer les navettes entre la station et l'altiport

Altiport de Courchevel au début de son exploitation
© Photo Michel Ziegler

 La chenillette à Megéve - Collection Archives Air Alpes
© Archives Press Book Air Alpes
Les chiffres pour l'année 1961 :

Passagers transportés : 2 500
Heures de vol effectuées : 300
En décembre 1961 Janine Bloch, rejoindra l'équipe tout comme Nicole Huchez en novembre 1964, toutes deux piliers indispensables dans l'entreprise, y resteront jusqu'à la fin de l'aventure, Tout au long de son histoire, Air Alpes verra arriver dans son personnel, naviguant, technique, maintenance, opérations,  exploitation, commercial, réservation, administratif des hommes et des femmes qui marqueront l'histoire de la Compagnie.

Personnel : 2 pilotes, 1 secrétaire, 1 mécanicien et 1 employé administratif

Les années Pilatus 

1962
Cette année, la société fait l'acquisition auprès de Pilatus Aircraft du premier Pilatus PC-6/A.H2 Turbo Porter qui sera immatriculé F-BJSZ (s/n 525) équipé d'une turbine Turbomeca Astazou. Cet appareil pouvait accueillir 7 passagers en plus du pilote. Cet achat a pu être réalisé grâce à Monsieur Joseph Szydlowski, fondateur de la société Turbomeca (constructeur de moteurs pour avions et hélicoptères), qui fournit gracieusement la turbine de cet avion. Il devint ainsi actionnaire d'Air Alpes.

Pilatus P-6/A-H2 F-BJSZ sur l'altiport de Méribel  Photo X - Collection Alain Genève
 Piper PA-18 F-BKBP et Pilatus Porter F-BJSZ sur l'altiport de Courchevel hiver 1962/1963
photo X - Collection Alain Genève

Quelques années plus tard, le un avion de ce type, le F-BOSZ équipé du moteur Turboméca "Astazou" XIV E de 573 cv et allégé au maximum allait battre le record international d'altitude, il atteindra 13 485 mètres (45 000 ft) au-dessus de base aérienne d’Istres (France). Record réalisé par Bernard Ziegler, qui deviendra par la suite directeur du service des essais en vol d'Airbus, il faudra attendre quatre ans pour que ce record soit de nouveau battu.

 © Photo Archives Alain Genève




Les travaux entrepris l'été précédent par la station de Méribel pour la création d'un altiport se terminent. En janvier sur une piste sommairement aménagée (400 m x 15 m avec une pente moyenne de 6 %) le Piper F-BKBP et le Pilatus F-BJSZ se poseront pour la première fois à Méribel. C'est au cours de cette année que seront construits le chalet aérogare et le hangar.

Altiport de Méribel quelques jours avant l'inauguration officielle
Photo X - Collection Alain Genève

 Pilatus Porter F-BJSZ sur l'altiport de Méribel hiver 1962/1963
 Photo X - Collection Alain Genève


© Archives Press Book Air Alpes

C'est lors de l'inauguration que Joseph Szydlowski, président de Turboméca, et l'un des premiers actionnaires d'Air Alpes, invente, le mot « altiport », qui entrera dans le dictionnaire dix ans plus tard.

Monsieur Szydlowski arrivant sur l'altiport de Courchevel
Photo Archives Air Alpes
© Archives Press Book Air Alpes

Cette année les pilotes du SFA (Service de la formation aéronautique) Marcel Collot et Jean Delparte formés également par Hermann Geiger vont entreprendre de jeter les bases d'une première réglementation. Il s'agit d'établir les conditions dans lesquelles les avions peuvent décoller sur des surfaces autres que des aérodromes de plaine, et de classifier les différents types : altiports, avi-surfaces et glaciers. Air Alpes sera étroitement associée à l'élaboration de cette réglementation

© Archives Press Book Air Alpes

Location du Piper PA-18 Super Cub F-BNAO (s/n 188236) pour remplacer le F-BKBP accidenté dans l'attente de sa remise en état.

Ouverture des premières lignes saisonnières hivernales : Lyon/Courchevel, Lyon/Méribel et Genève/Courchevel, Genève/Méribel (vols ALP 121, 122, 201 et 202).

à l'arrivée du Pilatus sur l'altiport de Courchevel
© Archives Press Book Air Alpes

Les vols touristiques, le ravitaillement des refuges et les déposes sur glacier :

Air Alpes allait durant ses premières années d'exploitation assurer les ravitaillements de plusieurs refuges du C.A.F (Club Alpin Français) avec quelques fois des mésaventures à la clé comme celle survenue lors de la reconstruction du refuge Vallot dans le Massif du Mont Blanc.

 Chargement du Pilatus F-BJSZ à Courchevel pour un ravitaillement du refuge du Carro
© Photo Archives Air Alpes

Pilatus F-BJSZ devant le refuge du Carro
© Photo Archives Air Alpes
© Archives Press Book Air Alpes

© Archives Press Book Air Alpes




Des vols inter-stations sont proposés à la clientèle, mais également des déposes de skieurs sur glaciers. Cette activité prendra une place importante pendant les premières années d'exploitation. Ces déposes ne pouvaient être réalisées qu'avec la présence dans le groupe d'un guide de haute montagne, une collaboration étroite s'instaura avec les moniteurs de ski et guides des différentes stations de sports d'hiver. Au départ des altiports de Haute-Savoie, Savoie et Isère, les principaux glaciers du massif du Mont Blanc, de la Tarentaise, de la Vanoise ou d'Oisans étaient accessibles. Pour chaque vol il ne pouvait être embarqué qu'un maximum de 6 passagers plus le guide. Cette activité sera définitivement interdite par la « loi montagne 85-30 du 9 janvier 1985 » relative au développement et à la protection de la montagne.

 Une belle journée de skis en perspective
© Photo Archives Air Alpes
Dépose de skieurs au Dôme du Goûter
© Photo Archives Air Alpes

© Archives Press Book Air Alpes

Des vols panoramiques dans les Alpes et en particulier le tour du Mont Blanc attireront pendant des années une clientèle ravie par les paysages découverts.


Pilatus Porter F-BRPJ en vol au-dessus du massif du Mt Blanc
© Photo Archives Air Alpes

© Archives Air Alpes

 © Archives Press Book Air Alpes
Air Alpes et le Tour de France :

Un contrat est signé avec l'ORTF (Office de Radio et Télévision Française). Il prévoit la fourniture d'une plateforme relais pour la diffusion des images en direct du Tour de France cycliste, de Paris-Roubaix ainsi que d'autres courses cyclistes prestigieuses. Les premières années ces vols seront effectués par un Pilatus PC-6 puis par la suite avec le DHC-6 Twin Otter F-BOOH. Ce contrat prendra fin en 1973. Pour la retransmission un équipement particulier installé sous les ailes et en cabine de ces appareils était mis en œuvre par des techniciens ORTF. Les avions porteront le sigle ORTF ou RTF sur le fuselage.

 © Archives Press Book Air Alpes



Pilatus F-BJSZ sur l'aéroport de Paris-le Bourget portant le logo RTF
Photo X- Collection Alain Genève

Twin Otter F-BOOH également utilisé comme relais pour le Tour de France
© Photo Archives Air Alpes

Ainsi en 1962, 3 800 passagers ont été transportés et 500 heures de vol effectuées. Le personnel est alors composé de 5 personnes dont 1 mécanicien.



1963 

Un deuxième Pilatus PC-6/A-H2 F-BKQY (s/n 549) vient renforcer la flotte, création de l'altiport de La Plagne (300 m x 25 m pente moyenne 14 %) et premières lignes saisonnières intérieures en Corse.






Pilatus Porter F-BKQY à l'atterrissage sur l'altiport de Courchevel
© Photo Archives Air Alpes
Cette même année un accord commercial est signé avec Gyrafrance (compagnie exploitant des hélicoptères).
© Archives Press Book Air Alpes

La compagnie développe son activité travail aérien (remorquage de banderoles publicitaires, largages de parachutistes ou baptêmes de l'air en campagne).

 Largage Paras depuis le Pilatus F-BOJJ
Photo X - Collection Alain Genève


 © Archives Press Book Air Alpes

Le bilan de l'année s'établit à 5 200 passagers transportés et 810 heures de vol effectuées. Le personnel est composé de 7 personnes.

1964
En novembre, Air Alpes loue ponctuellement le Beechcraft-SFERMA Marquis F-BLLR bimoteur de 6 places équipé de 2 turbines Turbomeca Astazou pour assurer des vols vers les aéroports de Lyon-Bron et de Genève Cointrin.



Le , l'altiport de Megève est inauguré.

 Pilatus sur l'altiport de Megève Photo X- Collection Alain Genève

L'altiport de Courchevel devient pour la saison d'hiver le premier altiport international avec la présence d'un douanier.

 © Archives Press Book Air Alpes

Cette année, c'est 5 000 passagers qui ont été transportés et 821 heures de vol effectuées. Le personnel est composé de 6 personnes.

1965
La ligne hivernale Genève/Courchevel offre des correspondances sur les altiports de Val d'Isère (250 m x 25 m pente moyenne 18 %) et de La Plagne. La compagnie transporte 3 960 passagers et effectue 797 heures de vol. Le personnel se compose de 5 personnes.

 Pilatus sur l'altiport de Solaise à Val d'Isère
Photo X - Collection Alain Genève

Cette année verra l'arrivée à Air Alpes de la première femme Commandant de bord dans une compagnie aérienne, Anne Marie Peltier pilote professionnel et instructeur rejoint la compagnie.

 © Archives Press Book Air Alpes

Quelques années plus tard deux autres femmes pilote feront partie de l'aventure, Colette Cattey et Dominique Verdier.

En septembre dans le cadre de la Journée d’Études Aéronautiques, le Breguet 941 est présenté sur l'aérodrome de Grenoble Le Versoud, à cette occasion il porte le logo Air Alpes au niveau du poste de pilotage, et les lettres Air Alpes sur le fuselage.

Breguet 941 sur l'aérodrome de Grenoble Le Versoud 09/1965
© Photo Michel Ziegler
1966
À partir de 1966, Air Alpes est intéressé par un appareil de plus grande capacité, avec des performances STOL (Short Take Off Landing). Entre le Short Skyvan et le de Havilland Canada DHC-6 Twin Otter c'est ce dernier qui lui semble le plus approprié pour son activité dans une région montagneuse. C'est un bimoteur de 19 places, piloté par deux membres d'équipage, équipé de deux turbines Pratt & Whitney Canada PT6A-20. Au mois de juillet cet appareil [CF-UCD] est présenté au personnel de la compagnie sur les altiports de Megève et Courchevel.

© Archives Press Book Air Alpes


Cette même année, Air Alpes propose des stages de formation « pilote montagne ».
Parmi les élèves il y aura le jeune député du Val d'Aoste, Corrado Gex passionné par l'aviation de montagne, il perdra malheureusement la vie avec ses sept passagers le 25 avril 1966 à Arielle di Castelnuovo di Ceva (Italie) lors d'un vol dans de mauvaises conditions météorologiques à bord du Pilatus Porter d'Aer Aosta. Sa disparation fera l'objet d'une longue polémique en Italie.

© Archives Press Book Air Alpes

Un nouveau chalet aérogare est construit à Courchevel (un bar restaurant y est aménagé).

 L'Altibar, aérogare, restaurant, hôtel 
© Photo Michel Ziegler


Voit aussi apparaître Air Alpes dans la bande dessinée avec Les Aventures de Tanguy et Laverdure publiées dans le magazine Pilote avec l'album Mission spéciale dessinée par Albert Uderzo et Jijé sur des scénarios de Jean-Michel Charlier, parue dans les numéros 363 à 393, puis en album en 1968, mais également dans un épisode de la série Les Chevaliers du ciel (Troisième série épisode 8).








En juillet, Michel Ziegler obtient son diplôme de guide de haute montagne



Le bilan de l'année s'établit à 6 430 passagers transportés en 1 043 heures de vol. Le personnel est alors composé de 9 personnes.

1967
Air Alpes est chargé par la municipalité de L'Alpe d'Huez de la définition et du suivi de la construction de l'altiport. L'aérogare qui y sera installée est le chalet aérogare de Courchevel, qui sera déplacé et installé sur une base en dur par un hélicoptère "Super Frelon" prêté par l'Aérospatiale. La piste mesure 430 m x 25 avec une pente moyenne de 11 %. Un nouvel altiport dans les Alpes s'ouvre également aux Arcs (400 m x 25 pente moyenne 14 %).

 Altiport de l'Alpe d'Huez © Photo Archives Air Alpes

Les stations de sports d'hiver de L'Alpe d'Huez, Avoriaz, Tignes seront également desservies cette année pendant la saison d'hiver. Pour la saison d'été une ligne intérieure en Corse est ouverte : Ajaccio/Propriano/Calvi.

 Pilatus Porter sur l'aéroport d'Ajaccio
© Photo Archives Air Alpes

Un troisième Pilatus PC-6 rejoint la flotte : immatriculé F-BOJJ (s/n 513), il est équipé d'un moteur à pistons, il sera modifié quelques années plus tard en modèle PC-6/A.H2 grâce à l'installation d'une turbine Turbomeca Astazou. Air Alpes passe aussi commande d'un DHC-6 Twin Otter série 100 qui est livré en octobre.

 Pilatus Porter F-BOJJ et le Twin Otter F-BOOH sur l'altiport de Courchevel
© Photo Archives Air Alpes

En juin, une expérimentation du système TALAR (Tactical Approach Landing And Radar) est lancée à Chambéry, un Pilatus est équipé spécialement pour l'occasion.

En 1967, 10 590 passagers ont été transportés et 1 725 heures de vol ont été effectuées. Le personnel compte maintenant 17 personnes.

Transport Troisième Niveau

1968
De nombreuses villes de province de moyenne importance souhaitaient être reliées directement à Paris par voie aérienne. Les collectivités locales joueront un rôle important dans le financement de ces nouvelles liaisons. Air Alpes sera l’un des précurseurs tout comme Rousseau Aviation, TAT, Air Paris ou Europe Aero Service. Au plus fort de la période « Troisième Niveau », ce seront près de 50 compagnies aériennes, qui exploiteront environ 100 lignes régulières ou saisonnières, directes ou transversales et transporteront plus de 500 000 passagers.

La livraison du DHC-6 Série 100 Twin Otter, le immatriculé F-BOOH (s/n 72) permet l'ouverture de la ligne Chambéry/Grenoble/Nice/Ajaccio. En hiver cet appareil équipé de skis sera exploité à partir de l'altiport de Courchevel.


C'est en 1968 que la société Air Alpes installe son centre d'exploitation sur l'aéroport de Chambéry/Aix les Bains. Les services commerciaux, la réservation, les relations publiques, le service du personnel naviguant, les opérations, l'exploitation et l'escale sont regroupés dans l'aérogare. Un bâtiment sera construit pour accueillir la direction générale, la direction technique, le service comptable et administratif. Un hangar de 1 600 m2 et un vaste parking permettent la maintenance de l'ensemble des avions de la compagnie.

le 1 novembre arrivée d'Ernest Latil qui prend la fonction de Chef Pilote.

Cette année-là 16 480 passagers ont été transportés et 2 573 heures de vol effectuées. Le personnel se compose maintenant de 28 personnes.

1969
C'est à l'automne que le premier des deux Beechcraft Model 99 commandés arrive. Il s'agit du d'un F-BRUF (s/n U-121). C'est un bimoteur de 15 places plus 2 membres d'équipage, il est équipé de 2 turbines Pratt & Whitney Canada PT6-A20.

 Arrivée sur l'aéroport de Chambéry/Aix les Bains 
du premier Beechcraft 99 de la Compagnie
© Photo Michel Ziegler

La flotte se compose donc de 4 Pilatus PC-6 avec l'arrivée du PC-6/A.H2 [F-BRPJ] (s/n 552),

Pilatus PC-6/A-H2 F-BRPJ Courchevel hiver 71/72
© Photo Alain Genève

D'un DHC-6 Twin Otter série 100 [F-BOOH,

DHC-6 Twin Otter F-BOOH équipé de ses skis
Photo X - Collection Alain Genève

 Twin Otter F-BOOH au décollage sur skis depuis l'altiport de Courchevel
© Photo Archives Air Alpes

Twin Otter F-BOOH à l'atterrissage sur skis à l'altiport de Courchevel
© Photo Archives Air Alpes

Et d'un Morane-Saulnier MS 885 Super Rallye [F-BKES] (s/n 60) c'est l'appareil qui restera la plus longtemps dans la flotte de la compagnie. Cet avion était utilisé pour les déplacements du personnel : pilotes, mécaniciens, etc.

Morane-Saulnier MS 885 Super Rallye F-BKES
© Photo Alain Genève

En été Air Alpes ouvre la ligne Toulon/Ajaccio et poursuit les vols locaux en Corse. Le 1er octobre, elle ouvre de la ligne Chambéry/Paris-Le Bourget en Beechcraft B-99 (5 vols quotidiens du lundi au vendredi).

Pour la saison d'hiver les lignes suivantes sont exploitées : Genève/Courchevel, Lyon/Courchevel, Grenoble/L'Alpe d'Huez/ et Nice/Courchevel le weekend, ainsi que des liaisons inter-stations.

La Socata présente son MS 894C Rallye Minerva (appareil à train d'atterrissage classique équipé de skis)

Le bilan de l'année est de 26 296 passagers transportés 3 263 heures de vol effectuées. Le personnel est composé de : 35 personnes dont 14 pilotes et 5 mécaniciens.

1970
Voit un rapide développement pour la compagnie. Malheureusement le 15 janvier, le B-99 (F-BRUF) se pose peu avant la piste de l'aéroport de Chambéry/Aix les Bains sans faire de victimes parmi les passagers et membres d'équipage, l'avion par contre est détruit. À la suite de cet accident cet aéroport se voit équipé d'une installation réclamée par Air Alpes depuis longtemps, un ILS permettant d'assurer la sécurité et fiabilité des vols. L'appareil est héliporté par un Super Frelon de Sud-Aviation jusqu'au hangar de la compagnie.

 © Archives Press Book Air Alpes

Pour le remplacer Beechcraft propose son démonstrateur pour l'Europe c'est ainsi que le B-99 F-BRUN) s/n U-11 est acheté,

 Beechcraft F-BRUN arrivant de Paris Le Bourget
© Photo Michel Ziegler

Quelques mois plus tard le B-99 (F-BRUX) s/n U-122 se joindra à la flotte.

 Photo X - Collection Alain Genève

Air Alpes fait appel à la société suisse Air Tourism Alpin pour la location temporaire d'un Volpar Hamilton Turboliner immatriculé HB-GEG pour remplacer le Beechcraft 99 F-BRUF.

 Volpar Hamilton Turboliner HB-GEG sur l'aérodrome de Grenoble Le Versoud
© Photo Alain Genève




Sous l'impulsion de Michel Ziegler, est créé de l'ATAR (Association des transporteurs aériens régionaux), c'est en fait un syndicat professionnel qui regroupe les compagnies Air Alpes, Air Alsace, Air Aquitaine, Air Languedoc, Pyrénair, Air Rouergue, Air Antilles, Air Martinique et Guyane Air Transport.





Pendant la saison d'été c'est la ligne Chambéry/Grenoble/Nice/Ajaccio qui est exploitée en DHC-6 Twin Otter et la ligne Chambéry/Grenoble/Nice en B-99 est ouverte. Air Alpes fête le premier anniversaire de la ligne Chambéry/Paris (10 000 passagers transportés).

Twin Otter F-BOOH au dessus de Bonifacio
© Photo Archives Air Alpes

L'activité de la Compagnie sera endeuillée le 9 juin de cette année avec le crash du Pilatus F-BJSZ lors d'un baptême de l'air pendant la campagne anti grêle près de Saint-Jean-d'Ardières/Belleville. Cet accident entraînera le décès du pilote et de l'un des passagers, 5 autres seront blessés. Durant les 20 ans d'activité de la Compagnie se sera le seul accident ayant couté la vie à des personnes.

Pour la saison d'hiver, la ligne Grenoble/L'Alpe d'Huez en Pilatus PC-6 est ouverte.

Le 16 décembre le DHC-6 Twin Otter F-BOOH est endommagé lors d'une séance d'entraînement sur l'altiport de Courchevel, un pilote de l'OCV (Organisme de Contrôle en Vol) dévie de l'axe de décollage et heurte une congère de neige en bordure de piste, Jacques Bériel Chef de secteur " Montagne" d'Air Alpes réussit à reprendre le contrôle de l'appareil et à le poser en sécurité sur l'aéroport de Chambéry/Aix les Bains malgré une partie du train principal arrachée.
L'utilisation du Twin Otter équipé de skis était délicate et pénalisante (16 passagers au lieu de 19, et une certaine instabilité latérale de l'avion au décollage). Cet incident aménera la municipalité de Courchevel à envisager le déneigement de l'altiport. Pendant la durée des travaux de remise en état de l'appareil, le DHC-6 Twin Otter de Général Air (D-IDHA) sera loué.

Cette même année le cinéaste Jean-Jacques Languepin tourne deux courts métrages Vol en Montagne et Dans le ciel des Alpes. Ces courts métrages étaient présentés en salle en première partie des grands films, ils permettront de découvrir les activités d'Air Alpes.

Une activité charter. commence à apparaître. À la fin de l'année c'est 35 796 qui ont été transportés et 4 847 ont été effectuées. Le personnel compte 17 pilotes, 15 mécaniciens et 23 commerciaux et administratifs.



Les 10 ans d'Air Alpes 
1971 
Pour marquer cet anniversaire une cérémonie est organisée sur l'altiport de Courchevel par une météo capricieuse, en présence de monsieur Maurice Herzog, ministre des Sports et de monsieur Joseph Fontanet, président du conseil général de Savoie ainsi que de nombreuses personnalités locales.

10 ans d'Air Alpes les 4 Pilatus sur la plateforme
© Photo Archives Air Alpes
Pour l'occasion les Pilatus PC-6 sont baptisés (le nom de la station est peint sur le capot moteur) :
le F-BJSZ : Courchevel
le F-BKQY : Méribel
Le F-BOJJ : Val d'Isère
Le F-BRPJ : Alpe d'Huez

Les 10 ans d'Air Alpes
© Photo Jacques Bériel

Une barrière d'arrêt spécialement adaptée aux altiports a été installé à Courchevel pour des tests
L'activité anti grêle qui avait commencé en 1970 à Agen grâce à l'ACMG (Association climatique de moyenne Garonne) va se développer. Monsieur Alban Delourme ingénieur météorologique va créer l'ORIDECA (Organisation Internationale pour l’étude et la Défense contre les Calamités Atmosphériques). Un contrat est conclu avec la région viticole du Beaujolais. Il s'agissait de pulvériser au plus près d'un cumulonimbus un produit appelé lévilite (poudre de silice déshydratée) pure ou mélangée à 5 % d'iodure d'argent (poudre à fort pouvoir glacogène) en fonction de la température et ceci à l'aide d'un Pilatus modifié pour la circonstance par l'installation de deux buses dans la cabine, ou d'une rampe sous les ailes. Par la suite des cartouches d'iodure d'argent furent tirées depuis l'avion pour atteindre le cœur du cumulonimbus. Cette opération permettait de transformer ainsi les grêlons en pluie. D'autres contrats seront signés avec les régions viticoles de Bourgogne, des Côtes du Rhône en 1972 et 1973, de Savoie en 1972 et de Champagne. Quelques missions seront exécutées avec le Twin Otter F-BOOH.

 © Archives Eric Joseph
© Archives Eric Joseph

 Mr Delourme et tir de fusées depuis un véhicule
© Photos Archives Air Alpes 
à gauche Pilatus F-BTCH, à droite F-BRPJ en phase de pulvérisation
© Photos Archives Air Alpes

Twin Otter F-BOOH en mission anti-grêle
© Photo Archives Air Alpes
En mai le DHC-6 F-BOOH réintègre la flotte, après remise en état et modification en série 200 (avant du fuselage rallongé et cabine plus spacieuse). Il ne sera plus utilisé avec ses skis, l'altiport de Courchevel étant désormais déneigé.
Cet altiport est désormais équipé d'une tour de contrôle, d'un vaste hangar, d'une station de ravitaillement en carburant essence et kérosène Jet A1, il est aussi équipé en permanence d'un véhicule de lutte contre les incendies. Ces améliorations permettront une fréquentation plus importante de cette plate forme par des vols privés.
Arrivée de deux nouveaux Beechcraft B-99, le F-BSUJ (s/n U-62) et le F.BSUK (s/n U-21) 

Photos X- Collection Alain Genève

et du DHC-6 Twin Otter série 200 F-BSUL (s/n 199)

 Twin Otter F-BSUL sur l'altiport de Courchevel
© Photo Archives Air Alpes
Ouverture des lignes Chambéry/Grenoble/Marseille , Roanne/Paris le Bourget, Chambéry/Grenoble/Saint-Étienne/Toulouse et de la ligne saisonnière Toulon/Bastia
L'aéroport de Grenoble - Saint-Geoirs devient une plate forme de correspondance pour les vols Air Alpes vers le sud et le sud ouest
En avril un YAK (Yakovlev) 40 d'Aertirrena immatriculé I-JAKA puis plus tard le CCP-87791 d'Aviaexport seront présentés à la Société. Il n'y aura pas de suites à ces présentations.

Yak 40 en présentation sur l'aéroport de Chambéry/Aix les Bains
© Photo Jacques Bériel
Du 29 septembre au 7 octobre le Breguet 941 quadrimoteur STOL (avion à décollage et atterrissage court) sera en évaluation sur différents altiports. Au total 55 atterrissages seront réalisés (13 par Breguet et 42 par le CEV/SFA). Il se posera respectivement à Megève (12 atterrissages sur piste en dur), Méribel (26 atterrissages sur piste en herbe et L'Alpe d'Huez (17 atterrissages sur piste en dur). Cet appareil avait été présenté au Salon du Bourget (Salon international de l'aéronautique et de l'espace de Paris-Le Bourget) décoré de logos Air Alpes. Cette expérimentation avait pour but de définir ce que serait le transport aérien en montagne avec des avions aux caractéristiques appropriées et de capacité relativement importante et ceci avec un souci de régularité. Cette expérimentation a été suivie avec beaucoup d'intérêt par Air Alpes.

Lors des essais à L'Alpe d'Huez, Breguet 941 effectuant un touché en début de piste,

partie herbeuse (on aperçoit le nuage de poussière) suivi d'une remise de puissance,
 survol du haut de piste entre 200 et 300 Ft - pilotes Chautemps et Collot.
© Photo Archives Air Alpes 


Pour le programme d'hiver, ouverture du vol direct Paris/Courchevel en DHC-6 Twin Otter (1 vol au départ d'Orly et 1 au départ du Bourget) ainsi que Nice/Grenoble/L'Alpe d'Huez, Genève/Courchevel et Roanne/Lyon/Courchevel
Les Pilatus assurent les correspondances vers les autres stations de sport d'hiver
Signature d'un contrat important avec la compagnie népalaise Royal Nepal Airlines Corporation pour la formation au vol en montagne et atterrissages sur altiports de plusieurs équipages. Cette formation durera 5 mois. Les 2 DHC-6 Twin Otter immatriculés 9N-ABA - 9N-ABB et les 2 Pilatus PC-6 : 9N-ABC et 9N-AAZ commandés par Royal Nepal Airlines Corporation seront convoyés par des équipages mixtes Air Alpes/RNAC jusqu'au Népal. Partis de Chambéry le 15 juillet ils se poseront à Bastia - Athènes - Beyrouth - Damas - Bahreïn - Karachi - et New Dehli pour enfin arriver à Katmandou le 20 juillet. Une assistance technique de deux mois dirigée par Nicolas Gorodiche et des personnels Air Alpes complétera cette formation.


 Twin Otter sur l'Aéroport du Bourget 
(de gauche à droite Jacques Bériel et Michel Deville-Duc d'Air Alpes et la délégation Népalaise)
© Photo Archives Air Alpes

 © Pilatus et Twin Otter Népalais © Photo et Collection Alain Genève 

Une étude est entreprise pour l'extension et l'aménagement de l'altiport de Méribel. Projet de piste goudronnée de 700 mètres, déneigée pendant la saison hivernale et équipé d'un ILS (Instrument landing system) permettant ainsi une ligne régulière avec Paris. Cette étude et ce projet n'aboutiront pas.

Projet de liaison directe Paris/Méribel en Dash7
© Document Archives Air Alpes
Passagers transportés : 55 000
Dessin représentant le projet de l'altiport de Méribel survolé par un Dash7
Heures de vol effectuées : 9 800
Personnel : 102
Les années de développement
1972 
Ouverture de la ligne Dole/Paris en DHC-6 Twin Otter au début puis en B-99 par la suite (Chambéry/Dole/Paris le lundi matin et retour le vendredi soir)
Air Alpes achète auprès de PIA (Pakistan International Airlines) 5 DHC-6 Twin Otter série 300, ils recevront les immatriculations F-BTOO (s/n 291), F-BTOQ (s/n 292), F-BTOR (s/n 298), F-BTOS (s/n 299), F-BTOT (s/n 300), ils seront convoyés depuis le Pakistan par des équipages de la Compagnie. Les vols s'effectueront depuis Karachi via Pasni, Dubaï, Bagdad, Damas, Nicosie, Athènes, Brindisi et Nice.

DHC-6 Twin Otter F-BTOO (s/n 291), F-BTOQ (s/n 292)
Photos X - Collection Alain Genève
DHC-6 Twin Otter F-BTOR (s/n 298), F-BTOS (s/n 299)
Photos X - Collection Alain Genève
 
DHC-6 Twin Otter F-BTOT (s/n 300)
Photos X - Collection Alain Genève

et 3 nouveaux Pilatus PC-6/A.H2 arrivent : F-BTCE (s/n 573), 

Pilatus PC-6/A.H2 F-BTCE (s/n 573) sur l'aéroport de Berne (CH)
© Photo Roland Eichenberger


 Pilatus PC-6/A.H2 F-BTCG (s/n 551) et F-BTCH (s/n 531)
Photos X - Collection Alain Genève

ainsi que 4 Beechcraft B-99 : 

 Beechcraft F-BSTO (s/n U-87) et F-BTDV (s/n U-92)
Photos X - Collection Alain Genève 


F-BTMJ (s/n U-129) et F-BTMK (s/n U-130) les deux derniers étant du modèle B-99A équipé de moteurs Pratt & Whitney A27 plus puissants

 Beechcraft B99A F-BTMJ (s/n U-129) et F-BTMK (s/n U-130)
Photos X - Collection Alain Genève
Création par Aersud (Martino Aichner célèbre pilote italien de la seconde guerre mondiale) et Air Alpes de la Société Italienne AVI ALPI installée à Trente et exploitant des lignes aériennes dans le nord de l'Italie en autres vers Cortina d'Ampezzo (flotte : Piper et Pilatus PC-6). Air Alpes prend 30 % du capital.

 Pilatus Porter d'Avialpi
Photo X - Collection Alain Genève
Pendant la saison d'été, ouverture des lignes Toulon/Ajaccio, Toulon/Bastia, Vichy/Saint-Étienne/Toulon
Pour la saison d'hiver un Pilatus PC-6 est mis en place dans les Alpes du Sud, il assure la correspondance à Gap vers Saint-Crépin et Serre Chevalier, tandis qu'à Chambéry deux autres Pilatus assurent les correspondances vers Val d'Isère et l'Alpe d'Huez.
Les Twin Otter assurent les vols réguliers au départ de Paris et Genève à destination de Courchevel.
En novembre l'activité sous pavillon Air France commence avec les lignes Marseille/Milan et Marseille/Genève assurées en DHC-6 Twin Otter puis par la suite en Corvette
Air Alpes est entrée dans le système de réservation ALPHA 3 d'Air France
Création du GIECAR (Groupement d'intérêt économique des compagnies aériennes régionales), il deviendra en 1978 Trans Air Régions
Des espoirs sont placés par l'arrivée prochaine sur le marché du biréacteur de Dassault Aviation, le Mystère 30 de 30 à 40 places. Le programme de développement de cet avion sera toutefois abandonné en 1975.
Passagers transportés : 85 678
Heures de vol effectuées : 15 137
Personnel : 143 dont 38 à la Direction Technique, 38 Pilotes et 67 aux Services Opérations, Commercial, Réservation et Administratif

1973 
Ouverture des lignes Paris/Gap en DHC-6 Twin Otter, Saint-Étienne/Nice et Grenoble/Metz en B-99
En raison d'une importante grève des services de contrôle de l'Aviation Civile (Direction générale de l'Aviation civile), le dispositif "Clément Marot" est mis en place le 24 février, il est assuré par les contrôleurs militaires. Pendant la durée du conflit de nombreux vols seront annulés
La piste de l'altiport de Courchevel est équipée d'un balisage de nuit et d'un VASI (Visual Aircraft Slope Indicator)
Des accords de partenariat sont conclus avec Air Limousin, Air Champagne Ardennes et Pyrénair
La flotte se complète par l'arrivée des Cessna 401 (F-BOJZ), 402 (F-BRIY) et 411 (F-BPFM)

Cessna 401 (F-BOJZ), 402 (F-BRIY)
Photos X - Collection Alain Genève

Air Alpes passe commande ferme de 4 biréacteurs Aérospatiale Corvette SN-601 Série 100, et prend des options pour 8 Corvette SN-601 série 200
Ouverture des lignes Nice/Propriano et Toulon/Propriano en DHC-6 Twin Otter
En septembre ouverture de la ligne Annecy /Paris en Beechcraft 99.
Le SFA (Service de formation aéronautique) de Challes-les-Eaux procédera à des essais d'atterrissages de nuit sur les altiports de Courchevel et de L'Alpe d'Huez
Le 1 novembre ouverture de Roanne/Saint-Étienne/Valence/Nice. L'escale de Valence par le jeu des correspondances assure des liaisons vers Dole et Toulouse
Pour la saison d'hiver des correspondances sont assurées au départ de Gap par un Pilatus vers Barcelonnette, Vars (Hautes Alpes) et Serre Chevalier
Ce sont près de 50 lignes aériennes qui sont exploitées par Air Alpes
Deux nouvelles lignes sous pavillon Air France : Marseille/Barcelone, Marseille/Genève et Metz/Düsseldorf
Signature d'accords avec l'Institut Amaury de la Grange et Aéroformation pour la formation de type Corvette des personnels techniques et navigants
Corvette aux couleurs Air France/Air Alpes
Passagers transportés : 110 000
Heures de vol effectuées : 22 700
Personnel : 180

1974

L’arrivée des "Corvette"
Année réacteur, puisque le 28 septembre la ligne Chambéry/Paris sera exploitée avec les Corvette série 100 (F-BVPA (s/n 5), F-BVPB (s/n 6) aux couleurs d'Air France, la F-BVPC (s/n 12) arrivera en février 1975) puis ce sera le tour de la F.BVPD (s/n 13)

Corvette série 100 (F-BVPA (s/n 5), F-BVPB (s/n 6) aux couleurs d' Air France, la F-BVPC (s/n 12) 
Photos X - Collection Alain Genève

Les Corvette seront également exploitées sur des lignes Air France
Le B-99 F-BRUN passe sous pavillon Air Limousin
Arrivée de nouveaux Beechcraft B-99 F-BUYG (s/n U-63)) et F-BVJL (s/n U-84)
En janvier une importante opération est réalisée sur l'altiport de Val d'Isère à 2450 mètres d'altitude et par moins 7 degrés, il s'agissait de démonter et changer la Turbine Turbomeca "Astazou" d'un Pilatus. Sans infrastructure adaptée une équipe de 6 mécaniciens parvient à changer la turbine en 5 heures et l'avion put reprendre l'air
Ouverture de la ligne Toulon/Calvi
Alerte à la bombe à bord d'un B-99 assurant la ligne Dole/Paris (il s'agissait d'une mauvaise plaisanterie)
Location du Beechcraft B18 F-BIEK auprès de Pyrénair pour la saison de lutte anti-grêle, il sera basé en protection du vignoble de Bourgogne à Chalons-sur-Saône.

 Beechcraft 18 F-BIEK avec auto collants Air Alpes sur le fuselage et les capots moteur
© Photo Christian Volpati - Archives Air Alpes

Air Alpes prend le contrôle de la compagnie Air Champagne Ardennes après ceux de Air Limousin, Air Rouergue et Pyrénair
L'infrastructure de l'altiport de Megève est améliorée
En décembre c'est l'ouverture de la ligne Paris/Megève en DHC-6 Twin Otter, c'est aussi en décembre que l'expérimentation du système SYDAC sur l'aéroport de Gap Tallard permettant des atterrissages de nuit est testé par Ernest Latil et Jacques Bériel à bord d'un Twin Otter, les essais sont concluants.
Passagers transportés : + de 110 000
Heures de vol effectuées : 22 300
Personnel : environ 200
1975
Début des années Fokker F-27 
Le 1er mars inauguration des nouvelles installations de l'altiport de Megève. L'altiport comporte une piste goudronnée de 400 x 40 m avec une pente moyenne de 8 %, elle est déneigée en permanence. Il devient l'un des altiports les mieux équipés du monde avec système de guidage optique AVASI, de communications VHF, station météo et service de lutte contre l'incendie. Un chalet aérogare et un hangar de 30 x 40m complètent cette installation.
Présentation du Dash 7 sur l'aéroport de Chambéry/Aix les Bains

Le 7 avril ouverture de la ligne Chambéry/Bordeaux Grenoble St Geoirs et St Etienne.
Le 26 avril signature à Toronto d'un contrat pour l'achat de 4 De Havilland Canada DHC-7, quadrimoteur STOL (Avion à décollage et atterrissage court) pouvant emporter 40 passagers, le contrat prévoit la livraison de 2 appareils fin 1977 et deux autres en 1978. Les 13 et 14 juin 1977, un appareil de ce type sera présenté sur l'aéroport de Chambéry/Aix les Bains (Aéroport de Chambéry - Savoie) et sur celui d'Annecy/Meythet, des conditions météorologiques défavorables ne permettront pas de procéder à une présentation sur altiport

 De Havilland Canada DASH 7 sur l'aéroport de Chambéry/Aix les Bains
© Photo Jacques Bériel
Ouverture de la ligne Lyon/Toulon, Air Alpes s'installe sur le nouvel aéroport de Lyon Satolas qui deviendra plus tard Aéroport Lyon-Saint-Exupéry
Arrivée en octobre du premier Fokker F-27 Mk 400 bi-turbopropulseur de 44 passagers équipé de 2 turbines Rolls-Royce Limited "Dart" : le OO-SBP (s/n 10340) qui deviendra plus tard le F-BYAA

 Fokker F-27 Mk 400 OO-SBP à son arrivée à Chambéry/Aix les Bains 
puis devenu F-BYAA sous les couleurs Air France/Air Alpes
© Photos Archives Air Alpes et Collection Alain Genève

Litige entre le SNPL (Syndicat National des Pilotes de Ligne) et Air Alpes concernant la prolongation des dérogations (licences Américaines) accordées pour le pilotage des Corvette.

21 pilotes sont présentés au brevet assorti de la licence PP1.
Air Alpes embauche ses 4 premières hôtesses navigantes.
Le premier vol de ligne Chambéry/Paris en Fokker 27 interviendra le 5 novembre

Fokker F-27 sur l'aéroport d'Orly
Document Press Book Air Alpes

Puis se sera quelque mois plus tard le tour du F-27 OO-HLN (s/n 10342) qui deviendra F-BYAB. Il sera peint aux couleurs d'Air France, cet appareil étant affrété par la Compagnie Nationale pour être exploité sur des lignes régionales internationales.

 à gauche OO-HLN © Collection Alain Genève
à droite avec son immatriculation française
© Photo Christian Volpati
Ces 2 Fokker sont loués dans un premier temps, ils seront achetés et passeront sous registre Français en fin de contrat.
Air Alpes obtient en octobre un contrat sur l'ile de Ténérife pour provoquer de la pluie artificielle. Ce sera le Pilatus F-BTCG qui sera utilisé. Le procédé consistait à inséminer les nuages pour provoquer les précipitations. D'autres contrats suivront en Champagne et en Bretagne au cours de l'année 1976 (année de grande sécheresse).
Le DHC-6 F-BOOH passe sous pavillon Pyrénair
Air Alpes commence à se séparer de ses Pilatus (F-BRPJ vendu au Centre de Parachutisme de Nevers)

Ouverture de la ligne Lyon/Bordeaux via Limoges.
Augmentation du Capital de l'entreprise, deux nouveaux actionnaires font leur entrée (Les Chambre de Commerce et d'Industrie de Savoie et Haute-Savoie), l'essentiel des actions étant détenu par la famille Ziegler (Henri Ziegler) et Monsieur Sylvain Floirat.
Passagers transportés : 110 510
Heures de vol effectuées :
Personnel : 238

1976 
Une nouvelle décoration est appliquée aux avions, et à l'ensemble de la compagnie. Pour célébrer ce changement et ce redressement, une coupe de Moët & Chandon brut Impérial est offert sur tous les vols en F-27 pendant deux mois, et un concours mobilise passagers et agences de voyages, appuyé par une campagne de publicité nationale.
Un accord de représentation est conclu avec la Compagnie UTA (Union de transports aériens) pour la Savoie et Haute-Savoie. Un autre accord commercial est signé avec la PAN AM (Pan American World Airways représentation commerciale pour la France, sauf région parisienne)
Pour la saison d'hiver ouverture de la ligne directe Paris/Alpe d'Huez le weekend qui sera  effectuée en Twin Otter.

A Air Alpes, il y avait de nombreux aviateurs-montagnards, la preuve 


Ouverture des lignes Toulon/Figari, Nice/Figari et Marseille/Figari

Changement au niveau de la Direction, Mr Michel Pairault devient Directeur Général Adjoint.
Le DHC-6 Twin Otter F-BTOO est vendu à Air Rouergue, puis le F-BTOS en Suède.
C'est également la vente des B-99 F-BSUJ et F-BSUK à la compagnie belge Publi-Air (pour effectuer les lignes régulières régionales wallonnes au départ de Liège et de Charleroi vers Paris, Londres, Anvers, Chambéry)
Passagers transportés : 151 873
Heures de vol effectuées :
Personnel : 250


1977 
Le Groupe TAG Techniques d'Avant Garde devient actionnaire principal, le capital d'Air Alpes doit passer de 6,8 millions de francs à 11, 5 millions, TAG obtient 38 % des parts.



L'aéroport du Bourget est fermé à l'activité des compagnies aériennes, Air Alpes s'installe sur l'aéroport d'Orly

Un plan de redressement prévoit la fermeture d'un certain nombre de lignes déficitaires

Un conflit important (du 7 janvier au 28 avril) éclate entre les personnels et la direction.

Plusieurs lignes sont supprimées : Chambéry/Grenoble/Saint-Étienne/Toulouse, Grenoble/Metz

En été le Service départemental de lutte contre les incendies de Corse du Nord signera un contrat pour la mise en place à Calvi de deux Pilatus PC-6 destinés à la lutte contre les feux de forêts en Balagne. Ces avions avaient une mission de « guet armé », c'est-à-dire : surveillance, signalement des départs de feu et intervention immédiate. Pour cela, ils étaient équipés d'un réservoir de 1 000 litres installé en cabine. Ces 1 000 litres pouvaient être largués en quelques secondes par l'intermédiaire d'une trappe située sous le fuselage de l'appareil.

 Pilatus F-BOJJ en lutte anti feux dans le sud de la Corse
© Photo Archives Air Alpes


Un accord est signé avec Air Inter pour la maintenance lourde des Fokker 27 de la Compagnie

L'expérience avec les Corvette n'a pas été profitable et les 4 avions seront retirés de la flotte

Un plan de redressement est mis en place, les derniers exercices comptables ont été déficitaires, plusieurs raisons en sont sans doute la cause (fusion avec Air Champagne Ardennes, Air Limousin, Pyrenair, certaines lignes déficitaires, exploitation Corvette décevante, problèmes de licence pour les pilotes) tous ces éléments n'ont pas permis d'obtenir un consensus au sein de la Compagnie.

Dépôt auprès du tribunal de Commerce de Lyon d'un plan de redressement, prévoyant entre autres l'épuration du passif sur une période de 3 ans, mais également des changements à la Direction. Monsieur James, ancien PDG d'Inaltera prend la tête de l'entreprise.

Passagers transportés : 170 663

Heures de vol effectuées :

Personnel : 205 (45 licenciements dont 15 navigants, cette liste passera quelques semaines plus tard à 31 salariés).


1978 


Deux Fokker F-27 avec équipages sont mis à disposition d'Air Inter

Nouvelle modification du capital de l'entreprise, 45 % au groupe TAG, 24 % à la famille Ziegler, 27 % aux Chambres de Commerce concernées, et 4 % au personnel. 

Arrivée des DHC-6 série 300 Twin Otter F-GBDA (s/n 566) et F-GBDB (s/n 574), un troisième le F-GBDC (s/n 576) ne fut jamais pris en compte, le Fokker F-27 Mk 600 F-BYAR (s/n 10430) rejoint la flotte.

 DHC-6 série 300 Twin Otter F-GBDA (s/n 566) et F-GBDB (s/n 574)
Photos X - Collection Alain Genève 

 Fokker F-27 Mk 600 F-BYAR (s/n 10430)
Photo X -Collection Alain Genève


L'activité montagne ne représente plus que 2 % du chiffre d'affaires

Contrat pour la lutte contre les feux de forêts dans le département de l'Hérault avec des Pilatus

Les DHC-6 Twin Otter F-BTOQ, F-BTOR et F-BTOT sont vendus à l'Armée de l'Air

Puis c'est le tour des B-99 F-BTDV et F-BSTO qui partent pour les États-Unis

Le Cessna F-BOJZ quitte la flotte.

Passagers transportés : 192.200

Heures de vol effectuées :

Personnel : 210


1979
Arrivée des Fokker F-28 

Au mois d'avril arrivée dans la flotte du Fokker F-28 Mk 1000 biréacteur d'une capacité de 65 passagers : F-BUTI (s/n 11034), les F-GBBS (s/n 11050), F-GBBT (s/n 11052) suivront quelques mois plus tard et du DHC-6 Twin Otter F-BYAG (s/n 342)

Fokker F-28 Mk 1000 F-BUTI (s/n 11034) sur le nouvel aéroport de Figari
© Photo Gérard Brand 

 Fokker F28 F-GBBS (s/n 11050), F-GBBT (s/n 11052)
Photos X - Collection Alain Genève 

DHC-6 Twin Otter F-BYAG (s/n 342)
sur l'aéroport de Lyon/Bron
© Photo Alain Genève  

Anecdote concernant cette photo prise sur l'aéroport de Lyon Bron où se déroulait un meeting aérien, Air Alpes ayant accepté de présenter à cette occasion un appareil de sa flotte. Le présentateur officiel, bien connu dans le monde des manifestations aériennes n'avait pas le nom de l'équipage et devant une démonstration de grande classe a supposé que le pilote était le démonstrateur officiel de De Havilland Canada, il n'en était rien l'équipage était bien d'Air Alpes (Jacques Bériel/Hubert Soullet), présent à cette manifestation, j'ai toujours le souvenir de cette époustouflante démonstration.


Le DHC-6 Twin Otter F-BSUL est vendu tout comme les Pilatus PC-6 F-BTCG et F-BTCH (ils rejoignent des "Centre de Parachutisme Sportif"), l'activité montagne d'Air Alpes au départ de Courchevel, sera reprise un certain temps par la compagnie Air Savoie avec un Pilatus et un BN-2 avec quelques pilotes d'Air Alpes détachés.

Le Fokker F-27 de la ligne Chambéry/Paris est remplacé par un Fokker F-28

Deux nouveaux Fokker arrivent : F-27 Mk 400 F-GBDE (s/n 10469) et F-27 Mk 600 F-GBGI (s/n 10413)


 Fokker F-27 Mk 400 F-GBDE (s/n 10469) et F-27 Mk 600 F-GBGI (s/n 10413)
Photos X - Collection Alain Genève



Inauguration de la ligne Paris/Figari Sud Corse en Fokker F-28


 Document Collection Alain Genève

Embarquement à bord du Fokker 28
© Photo Archives Air Alpes

Signature d'un accord avec Tunisavia pour la location du Fokker F-27 F-GBDE avec équipage technique Air Alpes et assistance technique pour assurer les lignes Tunis/Malte/Sfax, Tunis/Djerba, Tunis/El Borma et Tunis/Tozeur. Ce contrat se poursuivra jusqu'en 1980.

Le déficit de l'exercice précédent s'élève à 7 millions de francs.

Passagers transportés : 153 800

Heures de vol effectuées :

Personnel :


1980 


Monsieur Desindes (Détaché de l'Administration auprès d'Air Inter) est mis provisoirement à la disposition de Monsieur Boyer PDG de la Compagnie.

Nouvelle augmentation de capital. Monsieur Desindes a été nommé Directeur Général, il demissionnera quelques mois plus tard, Michel Ziegler devient Président d'Honneur.

En juillet signature d'un accord avec TAT qui prévoit la répartition des zones de trafic et l'organisation commerciale correspondante, la rationalisation des flottes avec Fokker 28, Fairchild FH 227 et Beechcraft 99, dévelopement des activités industrielles et de maintenance à Dinard et Chambéry, 


Cet accord entrera en vigueur le 7 septembre, les deux entités conservant dans l'immédiat leur personnalité juridique, un nouveau directeur est nommé, Monsieur Bertrand de Mascarel, l'absorption d'Air Alpes apparaît cette fois inéluctable.


Arrivée du Fokker F-27 Mk 400 F-GCJV (s/n 10361) et du F-27 Mk 100 F-GCPA (s/n 10258)

Le Fairchild F-227B F-GCLN (s/n 527) portera quelque temps les couleurs d'Air Alpes.


 Fokker F-27 Mk 400 F-GCJV (s/n 10361)
Fairchild F-227B F-GCLN (s/n 527)
Photos X - Collection Alain Genève




L'altiport de Courchevel est modifié, la piste a été décalée de 18° par rapport à la précédente et elle est légèrement rallongée




Passagers transportés :

Heures de vol effectuées :

Personnel :

1981
C'est la fin 


La Compagnie TAT prend le contrôle des 3/4 d'Air Alpes.

Le logo TAT apparaît désormais sur les appareils Air Alpes

le 14 septembre pour la dernière fois un nouvel avion portera les couleurs d'Air Alpes, les Douglas (Douglas Aircraft Company) DC-9/21 OY-KGE (s/n 47305/441) et OY-KGD (s/n 47302/422) sont loués à la Compagnie Scandinave SAS (Scandinavian Airlines System), ils opéreront au départ de Chambéry et Paris (Paris-Figari/Paris-Chambéry/Paris-Rodez/etc...)


Douglas DC-9 OY-KGE dernier appareil à porter les couleurs Air Alpes surl 'aéroport de Dusseldorf 
© Photo Hans-Werner Klein.



Dernier vol, la belle aventure se termine....


 sept 1981 dernier décollage depuis Chambéry, 
d'un avion portant les couleurs de la compagnie, le Douglas DC-9 
© Photo Gérard Brand

N'oublions pas que pour qu'une compagnie aérienne fonctionne et développe son activité, les techniciens, mécaniciens sont indispensables.


Beechcraft, Twin Otter et Pilatus en maintenance
 dans le hangar de Chambery/Aix les Bains
 © Photo Archives Air Alpes

Annexes (prochainement)

Historique des Beechcraft 99 utilisés par les Compagnies Aériennes Françaises par Régis Biaux et publié dans le Trait d'Union (Branche Française d'Air Britain), ces numéros 290/291/292 et 293 à venir peuvent être commandés sur le site :
http://www.bfab-tu.fr/ 




Photos souvenirs en vrac, les "AirAlpins"  (prochainement)



Une "Association Amicale des Anciens d'Air Alpes" est créée par la suite pour se retrouver entre anciens et pour la mise en ligne du site internet (airalpes.com), celle ci cessera de fonctionner en mars 2017, tout comme le site, le blog prenant la suite de cette captivante aventure.
Liens externes
Lien vers : Association Amicale des Anciens d'Air Alpes : http://www.airalpes.com/
Pour connaître l'évolution de l'aviation dans les Alpes : http://www.aeroclub-meribel.com/ (onglet Historique/Les Alpes et les avions)
Pour tout savoir sur les Pilatus : http://www.pc-6.com/
mais aussi : http://www.pilatus-aircraft.com/
Pour trouver des photos des avions aux couleurs Air Alpes : http://www.airliners.net/search/index.main
Voir également : http://www.flugzeugbilder.de/
mais aussi : http://www.myaviation.net/
Pour retrouver les anciens dépliants horaires : http://www.timetableimages.com/ttimages/lp.htm
Lien vers le blog Air Limousin : http://blogs.aol.fr/airpassion87/airlimousin/
Lien vers l'aviation de montagne : http://www.afpm.org/
Notes et références 
Archives Air Alpes et Association Amicale des Anciens d'Air Alpes
Revue Les Ailes (année 1962)
Revue Aviation Magazine (de 1962 à 1981)
Revue Air et Cosmos de (de 1964 à 1981)
Revue Air-Britain News (de 1972 à 1981)
Revue Le Trait d'Union (Branche Française d'Air-Britain)
Quotidien Le Dauphiné Libéré, Le Progrès, Le Nouvelliste (CH)